Aimer sans doute est le possible le plus lointain. Nietzsche

Aimer

«Et si je pouvais être plus heureux/se avec un autre que toi ?» «Et si ça se terminait demain?», «Si tu m’aimais vraiment, pourquoi es tu aussi indépendant ?», «Peut-être que si tu restes avec moi par sécurité ? Parce que tu as peur de rester seul(e)?» «Je ne peux m’empêcher de penser qu’elle/il ne me désire pas autant qu’avant !».

Nous doutons de l’autre, de soi, de l’avenir, de notre bonheur personnel, mais au fait,  pourquoi doute-t-on ? Pourquoi est-ce si difficile d’aimer sans l’ombre d’un soupçon?

Qu’ils soient plutôt discrets, ou plus visibles, qu’ils soient ressentis ironiquement en moment de pur bonheur, ou lorsque la vie ressemble davantage à un terrain accidenté, parsemé d’obstacles, qu’ils soient cachés derrière un regard mouillé, étouffés par un silence ou encore exprimés haut et fort, les doutes font partie intégrante de la vie amoureuse et possèdent bien différents visages. Ils apparaissent généralement sans prévenir et en arrivent bien souvent à assombrir les interactions avec l’autre.

Pourquoi aimer rend-il si vulnérable? Parce qu’aimer nécessite que l’on accepte et que l’on surmonte l’inconnu. L’amour est une affirmation de ce que nous sommes. Aimer c’est donner, mais aussi se donner. Autrement Dit,c’est abandonner toute maîtrise. Le lâcher prise est dans ce cas, souvent générateur d’angoisse, car il rappelle que dans le résultat final, il n’y a rien d’assuré; ni les réactions de l’autre, ni la réussite du couple. Lorsque l’on désire être aimé(e) en fonction de ce que l’on donne, l’autre en arrive souvent à devenir le doute. En fait, deux personnes aiment très rarement de la même façon et avec la même intensité. Cela dit, c’est cette discordance entre ces «façons» d’aimer qui en arrive bien souvent à générer un sentiment de crainte, de méfiance et éveiller les soupçons.

Certes, suite à de nombreuses trahisons, des mensonges ou après une infidélité imposée ou vécue, les doutes amoureux peuvent se multiplier. Ils surviennent en réponse à une déception ou encore, à une désacralisation de l’image de l’autre. Néanmoins, les doutes peuvent aussi surgir lorsque la peur d’être déçu(e) s’empare de notre esprit et prend tout le contrôle. En n’y réfléchissant ne voyions nous pas nos propres défauts en l’autre ? Et si finalement, craignions nous pas que notre partenaire nous fasse subir les choses que nous redoutons le plus? Entre cette lutte de désirs conscients et inconscients, nous ignorons trop souvent ce que nous voulons réellement. Il n’est pas toujours évident de faire la part des choses. Lorsque l’amour se mélange à la souffrance ou à l’inverse à l’indifférence et que l’inquiétude se manifeste en vous, osez en parler et exprimez vos doutes.

Autrement Dit, doutes ou pas, pour en arriver à aimer l’autre, il faut d’abord et avant tout apprendre à s’aimer et s’accepter soi-même…