Autrement Dit comment j’ai cultivé mon bonheur

Cultiver son bonheur

Certains moments dans la vie vous font prendre réellement conscience de la fragilité de l’existence. Rien n’est acquis. Rien ne dure à jamais. Tout vit, tout meurt.

Chaque jour, chaque seconde est unique et ne se reproduira jamais. Le temps file, si vite qu’on ne s’en rend souvent même pas compte ! Depuis bien longtemps, j’ai pris conscience de ce fragile équilibre de la vie. J’ai donc cultivé le goût du moment présent. Carpe diem, tempus fugit est si clair dans mon esprit que j’essaie de vivre chaque instant avec calme et conscience.

Comment j’ai cultivé mon bonheur ?

J’ai appris à respirer (et c’est mon métier mais d’abord un état d’esprit !)

C’est fou comme respirer n’est pas inné. Il faut prendre conscience de sa respiration, de son effet sur le corps et dans la tête pour apprendre à respirer. Tout part de là. Mieux respirer, c’est mieux se connaître, mieux dormir, mieux réfléchir, mieux gérer ses émotions, autrement dit mieux vivre. Quand on se concentre sur son souffle, on se concentre sur l’instant présent.

J’ai appris à prendre mon temps

Dans une autre vie, je vivais les choses à 100 à l’heure. J’ai vite compris que la satisfaction ne vient pas avec la quantité de choses faites dans une journée, mais la qualité de ce qu’on a fait. Prendre le temps de faire les choses, c’est prendre conscience de ses actes, de sa progression, de Soi. Prendre le temps de faire, de penser, de réfléchir et d’agir.

J’ai appris à écouter

À m’écouter. À écouter mon corps. À écouter les autres. Attendre, comprendre, saisir l’instant. C’est une seconde nature désormais. Chaque instant, chaque événement, chaque rencontre, chaque situation, chaque moment d’une vie est unique.

Je cultive mon bonheur

Comme tout un chacun, ma vie est semée d’embûches. Des deuils, des maladies, des échecs, des séparations, des déceptions, des peurs. Mais c’est ce qui me pousse à me créer le maximum de beaux moments et de petits plaisirs. Profiter de ma famille, me lover dans mon canapé, fermer les yeux quelques minutes et écouter de la musiques, faire vagabonder mes pensées. Flâner dans un musée. Me faire une beauté. Faire des bons petits plats.

J’ai appris à ne pas culpabiliser

Prendre du temps pour soi ne me fait plus culpabiliser depuis très longtemps. Prendre du temps pour moi c’est vital. Quand je suis sereine, apaisée, pleinement consciente, je n’en suis que mieux disposée pour les autres.

J’aime et surtout j’assume  ces moments centrés sur moi-même car en réalité ces moments sont centrés sur le présent, la vie, le monde et finalement les autres…

S’aimer soi-même, c’est aimer aussi sa vie !

Je le repete toujours à mes proches, à mes amis, à mes patients, soyez en accord avec vous-même. Respectez-vous comme vous devez respectez les autres. Respectez la vie tout simplement. La vie se vit chaque seconde. Chaque seconde est importante.