Vivre son deuil

Deuil

Perdre quelqu’un que l’on aime est une épreuve qui peut parfois paraître insurmontable. Comment survivre au choc? Quelques conseils pour vivre un deuil le mieux possible.
Il est bien loin, le temps où l’on «portait le deuil», vivant notre chagrin au vu et au su de tous. En fait, beaucoup des rites liés à la mort ont disparu, mais le deuil reste, lui.

Comment peut-on le vivre aujourd’hui?

Notre société est mal à l’aise avec le deuil et avec tout ce qui prend du temps et qui implique de la souffrance. Aujourd’hui, trop souvent, c’est en silence que l’on préfère souffrir, par pudeur ou par peur de déranger. On exige des gens qu’ils tournent la page rapidement, mais un deuil, ça ne se fait pas en une ou deux semaines. Le travail du deuil est un processus qui demande du temps. Et ce temps là, qu’il faut se le donner.

La première chose que je dis aux gens endeuillés, c’est : soyez patients envers vous-mêmes, bienveillants. Vous passerez peut-être des journées entières en pyjama, à pleurer toutes les larmes de votre corps. Vous avez le droit! Et rassurez-vous, c’est normal d’avoir encore de la peine après plusieurs mois. Il ne faut surtout pas chercher à éviter la douleur.

Il faut traverser la douleur de la perte si on veut un jour l’apaiser; il n’y a pas d’autre issue, pas d’échappatoire possible. On aura beau fuir tête baissée dans le travail, les voyages, l’activité effrénée, c’est comme lancer un boomerang. Tôt ou tard, cette souffrance nous rattrapera, sous la forme d’une grave dépression, d’un burn-out ou d’une fatigue extrême.

Alors, comment faire ?

Je suis convaincue, qu’il est primordial d’accueillir toutes les émotions qui nous assaillent, sans se censurer : colère, soulagement, culpabilité, peuvent s’ajouter au chagrin. On peut à la fois se sentir soulagés de la mort d’une personne chère qui souffrait et avoir de la peine : ça ne fait pas de nous des monstres! Tout comme on peut en vouloir à une personne qui s’est suicidée, tout en l’aimant. L’ambivalence dans les émotions qui suivent un deuil est tout à fait normale.

Accueillir les émotions comme elles viennent, les identifier, les nommer, mais aussi les partager. Car l’isolement est l’un des dangers que courent les personnes qui vivent un deuil – surtout après quelques mois, quand le soutien des proches diminue. Or, pour se faire aider, il faut exprimer nos besoins clairement. Oser demander est déjà un grand pas. N’hésitez pas à dire que vous avez de la peine et que vous avez besoin d’aller prendre un café pour en parler. Souvent, notre entourage n’ose pas mentionner le nom de la personne décédée, parce qu’il croit que ça ravivera nos blessures; il tente alors par tous les moyens d’éviter le sujet. Il faut leur expliquer qu’au contraire, ça nous fait du bien d’en parler, d’échanger sur nos souvenirs communs.

Quand on n’a personne à qui parler, il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’aide. 

Des rituels comme baume à l’âme
Allumer une bougie en pensant à notre personne disparue, aller déposer des fleurs sur la tombe  ou lui écrire des lettres que l’on brûlera ensuite, voilà autant de rituels qui peuvent aider à mieux vivre un deuil. Ce sont des gestes simples mais concrets, et c’est très apaisant. 

Ces gestes symboliques aident à apprivoiser la douleur.N’oublions pas que le terme « deuil » est issu du mot latin « dolus », qui signifie « douleur ». Vivre notre deuil, c’est donc vivre notre douleur. C’est difficile, ça demande beaucoup de courage, mais, paradoxalement, c’est quand on arrive à regarder en face notre douleur qu’on finit par s’apaiser et s’ouvrir à autre chose.

 

Espace MG

J’ai le plaisir de vous faire découvrir notre tout nouveau site professionnel dédié au mieux-être à Lyon.
Ce site est complémentaire du site Autrement Dit https://www.schafter-lyon.fr/
Nous l’avons mis en ligne et des nouvelles informations suivront (actualités, ateliers, confèrences…).
Espace de santé, de partage, d’échange, et d’accompagnement de l’être.
Des pratiques et techniques naturelles de santé, en séances individuelles ou en groupes, réalisées par une équipe de professionnels complémentaires et pluridisciplinaires.
Beaucoup de ces pratiques sont issues des grandes médecines traditionnelles, qui abordent l’Être humain dans sa globalité et l’aident à découvrir et développer ses ressources.
http://www.espace-mg.com

Le deuil

Le deuil

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de ma maman qui a disparu il y a 5 ans…

Le deuil, à la suite de la mort d’une personne aimée ou d’une séparation, est une des plus grandes épreuves de la vie qui, un jour ou l’autre, atteint chacun de nous.
Dans la majorité des cas, aussi pénible soit-il, le deuil suit normalement son cours et arrive a son terme.
Pour 5 % d’entre nous, le deuil va provoquer des complications au niveau de la santé physique, mentale, de l’équilibre psychologique et des relations sociales.
Le deuil est l’ensemble des réactions physiques, psychologiques, affectives et comportementales à la perte d’une personne aimée, mais aussi d’un animal, d’un objet ou d’une valeur auxquels on est fortement attaché.
Il est justement déterminé par la nécessité de modifier cet attachement du fait de la disparition.
A présent, le deuil désigne de plus en plus la réaction psychologique, subjective, personnelle ou familiale, à la seule perte de quelqu’un ou de quelque chose d’important et l’expression  » faire son deuil « , dans le sens de devoir accepter une perte, est employée à tort et à travers si bien que le Deuil a tendance actuellement à s’éloigner de la mort dont il partage aussi le rejet social.
Mais la mort restera toujours au coeur du deuil en raison de son universalité, de son implacabilité, de sa radicalité et de son irréversibilité.

Les principaux symptômes qui accompagnent ces périodes de deuil sont des sensations d’une grande souffrance, d’une véritable douleur morale, d’un profond désespoir, d’anxiété, de dépression et de manifestations fonctionnelles variées, le deuil est un facteur de déséquilibre, un ou des traumatismes aux effets prolongés.
Sentiment de dévalorisation, culpabilité excessive ou inappropriée. Elle constitue la perte et la limite par excellence et la mort de la personne aimée nous préfigure la nôtre…

La solution je l’ai trouvé en me formant aux Thérapies Brèves.
Les Thérapies Brèves permettent d’identifier la cause, la source des symptômes pour les éliminer.
La méthode la plus rapide et précise est par l’hypnose.
Les différentes techniques; de visualisation, de relaxation, de respiration et détente, d’hypnotisme, le subliminal, et de suggestions post-hypnotiques.
Il n’y a rien d’artificiel ou de supernaturel. Chacun possède une capacité naturelle de réponse à l’hypnose.
Malgré son nom issu du Grec «Hypno» (qui signifie sommeil) et contrairement à ce que pense la majorité, l’état hypnotique n’a rien à voir avec le sommeil ordinaire, il s’agit plutôt d’un outil à qui permet à l’individu d’atteindre l’état ALPHA à différents niveaux de profondeur.
En état ALPHA l’inconscient de l’individu est plus réceptif ou actif ce qui facilite à éliminer les troubles émotifs du passé. En fait, ce qui se produit c’est que la personne demeure toujours consciente de ce qui se passe, même au cours de la séance la plus profonde. L’hynose est un outil extrèmement puissant pour régler diverses pathologies et symptômes du deuil.