Gestion du stress en entreprise Ateliers Yoga et Sophrologie

Yoga Sophrologie

AméHolis peut participer activement au mieux-être des employés et des cadres au prise avec le haut degré de stress caractéristique du milieu du travail.

Le Centre de Formation se déplace sur vos lieux de travail pour enseigner des alternatives simples, naturelles et durables de gestion et de réduction du stress.

Avec des techniques de relaxation et de bien-être inspirées du yoga et de la sophrologie, AméHolis s’engage à rendre les participants autonomes et responsables dans l’atteinte d’un niveau satisfaisant d’équilibre physique et psychologique.

AméHolis connaît bien la réalité quotidienne en entreprise où stress rime généralement avec performances.  Les techniques offertes par nos spécialistes peuvent sans aucun doute amener une équipe d’employés et de cadres vers une meilleure santé globale et une plus grande sérénité au travail.

Il est reconnu que pour atteindre l’équilibre entre le corps, l’esprit et les émotions, la santé doit être abordée de façon globale. Il est donc souhaitable de bien connaître l’ensemble de ce qui compose notre être pour se réaliser pleinement.
Le stress est l’un des grands fléaux de notre société et coûte cher. On dit qu’environ 75% des consultations médicales sont reliées à des symptômes de stress. Plus de 50% des individus en milieu de travail précisent que leur niveau de stress est élevé. Afin d’éviter le surmenage, il est nécessaire d’apprendre à gérer son niveau de stress. La gestion et la réduction du stress prennent racine dans un esprit calme, une condition essentielle pour pouvoir prendre le contrôle de sa vie, tant au niveau personnel que professionnel.

Pourquoi choisir AméHolis, votre partenaire spécialisé dans le bien être au travail et dans la prévention des risques psychosociaux ?

AméHolis :

– offre des cours de bien-être en milieu de travail en vos locaux mais aussi à l’extérieur de vos locaux (centre de formation en plein centre de ville lyonnais ) ;
– son équipe de consultants en bien-être est formée pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises ;
– ses professeurs sont certifiés, reconnus dans leurs domaines ;
– propose des formules « clé en main »;
– s’engage à mesurer la satisfaction des participants et les effets des techniques enseignées sur leur santé globale.

Alors n’hésitez pas à nous contacter !

contact@ameholis.fr

 

Ma timidité et moi

Timidité

La timidité est un trouble sans gravité que beaucoup d’entre nous apprennent à surmonter naturellement. Mais quand elle finit par nous empoisonner la vie, qu’elle provoque des souffrances sur le plan physique et émotionnel, la timidité devient un problème de santé qu’il faut soigner, avant qu’elle ne mène à l’isolement ou à la dépression…
Chacun, dans sa vie, doit affronter des situations particulièrement intimidantes (prendre la parole en public, engager la conversation avec des inconnus…). Généralement, le temps et l’expérience finissent par faire disparaître cette gêne. Mais quand elle devient chronique et généralisée, la timidité est plus difficile à gérer.

Ça vient d’où  la timidité ?

Il existe, sans doute, autant de timidités qu’il existe de timides. Il faut bien souvent remonter à l’enfance pour en trouver la source. Un enfant qui a grandi dans un contexte familial trop protégé, s’est senti étouffé ou exclu dans un environnement adulte, ou encore un enfant en manque d’affection ou de compréhension, qui a subi des conflits familiaux. Bref, une personne fragilisée émotionnellement sera plus particulièrement enclin à souffrir de la timidité au cours de sa vie. Bien sûr, échec scolaire ou déménagements intempestifs n’arrangent en rien les choses.

Comment ça se manifeste ?

Généralement, la timidité se traduit par une attitude craintive, une gêne excessive et un manque d’assurance dans le comportement face à autrui. Mais elle peut aussi se cacher derrière un comportement agressif qui dénote tout simplement une absence de confiance en soi.
Ses manifestations sont à la fois physiologiques et psychologiques. Une transpiration excessive, une sensation d’étouffement, des rougeurs ou, au contraire, une pâleur du visage, un bégaiement, une altération de la voix qui devient inaudible ou inintelligible ; une raideur musculaire qui entraîne des gestes maladroits, des tremblements sont les manifestations physiologiques les plus rencontrées chez les timides.
Sur le plan psychologique, le timide se sent paralysé, incapable de la moindre réaction, focalisé sur l’objet de sa peur : autrui. Il n’arrive pas à envisager la relation avec l’autre autrement que sous le rapport dominant-dominé. Il fuit le contact, se dévalorise. Dans les cas extrêmes, il imagine qu’on lui “veut du mal” à lui qui ne demande rien à personne et n’intéresse personne…

Et avec tout ça, je fais quoi ?

Le traitement essentiel de la timidité est probablement celui de la thérapie comportementale qui aide le timide à dépister ses complexes, ses blessures morales et ses frustrations. Adaptée à tous les âges, cette thérapie très efficace permet d’affronter progressivement les situations redoutées. Elle s’effectue dans un rapport interactif avec le thérapeute. L’accent est mis sur les causes actuelles du comportement qui pose problème, plutôt que sur les causes inconscientes. Du point de vue médicamenteux, il n’existe pas de traitement spécifique pour lutter contre la timidité. Efficace, la pratique d’une activité sportive se montre un moyen d’intégration à un groupe, d’échanges et de convivialité, qui permet de lutter contre l’isolement.

Porter un regard bienveillant sur soi-même

La timidité n’est pas nécessairement un frein à l’expression d’une personnalité. De nombreux comédiens, chanteurs ou personnalités publiques l’ont prouvé en apparaissant sur scène pour mieux surmonter une timidité qui les angoissait.

Petit exercice de sophrologie : le sac à soucis

Sophrologie

Cet exercice de sophrologie dynamique permet de libérer tensions et agressivité, ce qui favorise le retour au calme.

Imaginez remplir un grand sac en y mettant vos soucis et vos difficultés.

En inspirant profondément, visualisez  ce sac juste devant vous.

Levez le bras, poing fermé à hauteur de l’épaule. Puis, tout en soufflant très fort, frappez vigoureusement le sac afin de le détruire.

Relâchez  le bras et répètez l’exercice trois fois.

En gardant toujours bien cette image du « sac à soucis », effectuez de nouveau l’exercice avec l’autre bras. A répéter trois fois.

Recommencez le processus. Mais en frappant avec les deux poings. Trois fois de suite.

Pour terminer, imaginez que le sac n’est plus qu’un tas de résidus que vous piétinez avec force, vous débarrassant ainsi de tous vos soucis et votre stress.

Sophrologie en entreprise ?

Sophrologie en entreprise
S’inspirant du yoga et de l’hypnose, la sophrologie investit peu à peu les entreprises. Lutte contre le stress, performance au travail, cohésion d’équipe…

Qu’apporte-t-elle aux salariés ?  Comment la sophrologie a-t-elle fait son entrée dans les entreprises ?

Ses effets positifs dans la vie de tous les jours sont désormais reconnus par le corps médical et en dehors : pour diminuer l’anxiété et le stress, combattre l’insomnie et certaines addictions, améliorer sa concentration et ses résultats sportifs, etc. Assez logiquement, les personnes ayant bénéficié de cette méthode ou l’ayant pratiqué (dirigeants, salariés, représentants du personnel, médecine du travail…) ont pensé à l’introduire dans le milieu du travail pour accompagner les situations de stress (changement d’organisation, réduction de personnel, accroissement d’activité…), ou aider les salariés à mieux gérer leurs émotions et accroître leur efficacité professionnelle.

Dans quels cas précis fait-on appel à un sophrologue sur le lieu de travail ?

La Direction des Ressources Humaines peut décider de recourir à un sophrologue quand la médecine du travail constate par exemple une hausse des taux d’absentéisme, d’accidents du travail, de troubles anxio-dépressifs annonciateurs parfois de « burn-out ». Dans des cas similaires, d’autres DRH préfèrent se tourner vers des psychologues du travail ou mettre en place d’emblée des plates-formes d’écoute pour les salariés. La sophrologie est une technique alternative. Mais il ne s’agit pas d’offrir seulement un moment de « bien-être » aux salariés.

C’est-à-dire ?

Je prend en charge, sur site, un groupe d’une quinzaine de salariés après évaluation des besoins et des objectifs visés. Dans une société de la région lyonnaise par exemple, il s’agissait d’aider le personnel à gérer un stress lié à l’augmentation de l’activité et à une baisse simultanée des effectifs. Les comités d’entreprise sont aussi très demandeurs de séances de sophrologie, d’une heure pendant la pause déjeuner des salariés par exemple. Mais là, il s’agit davantage de relaxation et de bien-être que d’apprentissage de la prévention et gestion du stress.

En quoi consiste mon  intervention de sophrologue ?

Lorsque la demande provient de la DRH, un plan d’action est mis en place sur la base d’un diagnostic. Ce plan comprend généralement trois jours de formation, puis l’animation d’une dizaine de séances réparties toutes les semaines ou tous les quinze jours. Au cours d’une séance de 45 minutes tous les quinze jours, des exercices sont effectués debout et assis, alliant la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation d’images positives. Un mois après, je réalise une évaluation de ce plan d’action avec la DRH, et le réajuste le cas échéant. L’objectif est de permettre aux stagiaires de mieux se connaître et d’assimiler les connaissances que j’ai transmises pour qu’ils puissent refaire les exercices seuls.

Pour quels coûts ?

Une séance de sophrologie collective de 45 minutes coûte en moyenne entre 120 et 150 € (diagnostic, séances, plan d’action inclus). Pour un programme d’une journée, le tarif varie de 1.000 à 2.000 € selon le programme et les effectifs.

Que ressent-on pendant et après une séance ?

Les exercices permettent de se détendre physiquement (ralentissement du rythme cardiaque) et mentalement, et de mieux s’oxygéner ce qui facilite la récupération.

Je ne fais pas de développement personnel pendant mes formations. Je n’utilise  jamais les ressentis, les souvenirs ou les expériences personnelles de mes stagiaires comme support pédagogique. La sphère intime est ainsi protégée et les dérives sont écartées.

N’hesitez pas à me contacter pour plus d’informations.

 

Atelier Libérez-vous du stress !

Atelier

La pression que nous subissons au travail et dans la vie nous rend vulnérables au stress. En fait, le rythme de notre époque suscite une véritable épidémie de stress. Le stress détériore la communication et alimente l’agressivité et l’insomnie, il favorise la dépression, dégrade le système immunitaire, bref, il nuit  à la qualité de vie.

Le stress est également la source d’une importante baisse de productivité et il est l’une des causes majeures d’absentéisme au travail.

Avec humour et passion,  Autrement Dit  vous propose la conférence (ou formation) intitulée Libérez-vous du stress et de la pression. Cet atelier démystifie le rôle du stress au quotidien, aide à identifier les symptômes, les facteurs de risques et elle fournit des stratégies éprouvées pour prévenir et gérer le stress.

Vous découvrirez les différentes sortes de stress, vous comprendrez d’où provient votre stress et vous apprendrez à vous connaître pour diminuer la pression que vous éprouvez au travail et dans la vie quotidienne.

Contactez-nous dès maintenant pour connaître les disponibilités, les tarifs ou pour obtenir des informations complémentaires.

Objectifs:

Permettre aux participants de comprendre le cadre dans lequel ils vivent du stress (symptômes, contexte, causes, etc.),
Savoir reconnaître et éviter les mauvaises manières de gérer le stress,
Maîtriser des stratégies pour gérer efficacement le stress et prévenir le burn-out.

Contenu de la conférence (ou formation)

Introduction.

Considérations générales sur le rythme de vie, le contexte de travail, etc.
Découvrez les symptômes du stress au quotidien et au travail.
Les causes du stress au travail et dans la vie de tous les jours : environnement, technologie, pression et responsabilités, rôle de vos pensées, etc.
Les mauvaises manières de gérer votre stress
Comment prévenir le stress ?
Les bonnes stratégies pour gérer votre stress

 

Comment prévenir le stress en entreprise ?

Stress entreprise

Fléau des temps modernes, le stress n’épargne personne, avec des conséquences dramatiques pour certaines entreprises qui n’ont pas veillé à mettre sur pied des mesures pour le contrer : augmentation de l’absentéisme, perte de concentration, turn-over de personnel élevé, diminution de la performance et de la productivité, plaintes de la clientèle…

Premier constat : Le contexte économique est devenu favorable à l’intensification du travail, sans aucune garantie en retour. « Tous les employés savent désormais que leur employeur n’hésitera pas à sabrer les dépenses de main-d’oeuvre. Les gestionnaires sont donc en mesure d’exiger des concessions et des efforts supplémentaires des travailleurs, en faisant planer des menaces crédibles de perte de clientèle, de forte concurrence et même de fermeture d’établissement.

Second constat : Le travail actuel est contraignant et il comporte des risques trop fréquemment sous-estimés. Dans un environnement d’insécurité économique qui stresse tout autant la personne que l’organisation, la surcharge de la tâche et les normes très élevées de productivité poussent parfois les employeurs et les salariés vers des actions nocives pour la santé.

Troisième constat : Un volume de travail important, de fortes exigences intellectuelles et des délais de production serrés sont des facteurs déterminants du stress.  Ils peuvent devenir un cocktail dévastateur s’ils se combinent, chez les employés, à une faible autonomie ainsi qu’à un manque de créativité ou d’occasions d’utiliser et de développer leurs compétences.

Identifier les véritables sources de stress :
Outre la surcharge de travail, les sources de stress se retrouvent dans l’absence de reconnaissance de la part de l’employeur.  On parle ici d’estime de l’entourage, de la stabilité d’emploi, des horaires, du salaire et de la possibilité de progresser dans la carrière. Peuvent s’ajouter de pauvres relations avec le supérieur et les collègues, une faible circulation de l’information en ce qui concerne l’individu et l’organisation, un manque de clarification du rôle de l’employé et l’éloignement du pouvoir décisionnel.

Signes annonciateurs
Les principaux signes avant-coureurs du stress chez l’employé : sommeil perturbé, fatigue, perte de productivité, baisse de créativité, troubles de concentration, sentiment d’inquiétude, de découragement ou de tristesse, difficulté à se détendre, irritabilité, maux de tête, douleurs musculaires et problèmes digestifs.

La résistance des personnes au stress n’est pas illimitée et, en dernier ressort, l’épuisement guette celles qui sont ainsi sollicitées au-delà de leurs capacités d’adaptation. Il est désormais reconnu que le stress négatif est générateur d’une tension mentale qui peut mener à la dépression.

Une feuille de route pour réduire le stress :
Certains chefs d’entreprise espèrent de bonne foi rehausser la capacité d’adaptation des employés par des formations de type gestion du stress ou du temps.  Bien qu’utiles, ces initiatives ont des effets limités, surtout si rien n’est accompli pour s’attaquer aux sources du mal. Dans les faits, seulement 22 % des PME possèdent des politiques particulières pour remédier aux problèmes de santé et, d’une façon générale, plus de 40 % des employeurs sont loin de faire assez d’efforts concrets. Voici une feuille de route qu’ils devraient adopter comme code d’entreprise.

1. La reconnaissance au travail
2. Le soutien social
3. Le respect au travail
4. La conciliation travail et vie personnelle
5. Le dosage convenable de la charge de travail
6. La participation aux décisions
7. La clarté du rôle au travail

Des solutions efficaces et imaginatives
Parmi les actions à envisager pour mettre en application une telle feuille de route, les propriétaires de PME devraient encourager la tenue régulière de réunions de groupe ou d’équipe.  Il s’agit d’une excellente occasion de clarifier les rôles, les responsabilités, la charge de travail et les pouvoirs de chacun. On en profitera pour partager de l’information sur les activités de l’entreprise, discuter des problèmes existants et avancer des solutions efficaces.

D’autres mesures sont à la portée de l’employeur. Favoriser un style de gestion participative représente un très bon moyen d’améliorer les relations entre dirigeants et employés tout en augmentant le sentiment d’appartenance de ces derniers ainsi que leur degré de participation aux décisions.

La qualité de l’environnement des lieux et des conditions de travail ainsi que la formulation explicite de la reconnaissance envers les travailleurs font également partie de ces solutions imaginatives.

Les dirigeants d’entreprises devraient être en mesure de présenter à leur personnel des séminaires portant sur la prévention des problèmes de santé psychologique au travail, tenir des ateliers sur l’adaptation aux changements et établir un réseau d’entraide pour supporter les personnes qui éprouvent déjà les symptômes du stress.

Les employés peuvent jouer un rôle déterminant
L’employeur n’est pas le seul à devoir faire face au problème.

Ces quelques conseils s’adressent aux employés et sont susceptibles de les aider à surmonter le stress :
Apprenez à reconnaître les signaux que votre corps vous envoie.
Sachez déléguer si possible et n’assumez pas toutes les responsabilités.
Proposez des changements dans votre travail
Partagez les problèmes avec vos collègues et votre managee et tentez de trouver des solutions acceptables pour tous.
Développez un bon réseau de soutien, il est nécessaire d’avoir de l’aide pour traverser certaines périodes difficiles.
Accordez-vous des moments de loisirs, en plus de vous détendre, ces activités vous aideront à vous ressourcer.
Faites de l’exercice, cela favorisera la détente des muscles tout en augmentant votre résistance au stress.

En conclusion, la gestion du capital santé en milieu de travail doit être considérée comme une fonction d’entreprise au même titre que la comptabilité, le marketing ou les services opérationnels.  L’exclure du processus global comporte des risques importants pour la survie de l’entreprise dans le contexte d’une concurrence grandissante qui continuera d’affecter tous les secteurs économiques.

Autrement Dit en collaboration du cabinet AmeHolis (centre de formation agréé  lyonnais) vous propose des actions, des séminaires de gestion de stress, renseignez-vous…