Dépression

Dépression

La dépression fait partie des troubles de l’humeur.
Elle affecte les pensées, les émotions, le comportement et les fonctions biologiques d’une personne.

La dépression devient une maladie lorsque les sentiments de tristesse, d’être inutile, de vide sont graves, durent plusieurs jours et nuisent à la vie de l’individu.

Il est maintenant prouvé que les dépressions majeures, qui persistent parfois durant toute une vie, peuvent débuter au cours de la jeunesse.

L’adolescence est une période parfois difficile. Certains jeunes se sentent moins bien dans leur peau, n’éprouvent plus de plaisir, ont des difficultés d’interaction sociale ou connaissent des échecs à l’école ou au travail.

Ils peuvent devenir dépressifs et parfois, ils tentent même de mettre fin à leurs jours, un geste dévastateur pour leur famille et leur entourage. Comprendre les facteurs en jeu et leurs interactions est crucial si nous voulons assurer l’avenir brillant que chaque jeune mérite.

Les symptômes les plus communs chez les jeunes comprennent :

un sentiment de tristesse
un manque d’intérêt pour les activités quotidiennes
une perte d’appétit
des problèmes de sommeil tels que des cauchemars
de la difficulté à se concentrer ou des problèmes de mémoire
un soudain retrait social ou des comportements agressifs subits
des tendances suicidaires.

Qui en est atteint ?
Les taux de dépression clinique sont peu élevés dans l’enfance et au début de l’adolescence, mais ils augmentent de façon importante à la fin de l’adolescence (environ 20 %).
Les filles sont plus nombreuses à souffrir de dépression que les garçons.
Au cours des cinquante dernières années, le suicide parmi les jeunes de 15 à 24 ans a augmenté substantiellement, particulièrement chez les jeunes hommes.

Les causes de dépression chez les jeunes

Des événements perturbants, des antécédents familiaux de dépression, un manque de soutien familial, une discipline stricte et une attitude négative par rapport à soi-même, au monde et à l’avenir, peuvent tous contribuer à la dépression.

Les facteurs de contribution au risque suicidaire chez les adolescents incluent : la dépression et les autres maladies mentales, l’abus d’alcool et de drogues, les conflits interpersonnels et familiaux…

Des dysfonctions dans les systèmes de communication du cerveau, particulièrement ceux qui touchent à la sérotonine, peuvent contribuer à la fois à la dépression et au suicide chez les jeunes.

Que faire ? Quels traitements ?

Certains facteurs peuvent protéger contre la dépression et le suicide chez les jeunes :

l’adaptation personnelle
la tolérance à la frustration
la maîtrise de soi
la capacité de faire face aux situations
des attentes positives pour l’avenir
le sens de l’humour
des relations familiales saines et positives

L’éducation et l’information sont importantes pour traiter la dépression.

Des thérapies peuvent aider dans le traitement des jeunes dépressifs et/ou suicidaires :
Les thérapies comportementales cognitives visent à changer les pensées négatives à propos de soi et du monde en général.
Les thérapies interpersonnelles traitent des problématiques communes telles que l’indépendance, le détachement des parents, la pression des pairs et les relations amicales.

D’autres thérapies peuvent viser l’amélioration des relations et de la confiance envers les autres, ou l’amélioration des habiletés sociales et des relations familiales.

Enfin, il existe des thérapies médicamenteuses qui peuvent également aider; elles visent à rétablir les échanges des neurotransmetteurs dans le cerveau qui, en phase dépressive, sont altérés.

Dans tous les cas, en cas d’urgence, emmenez votre enfant à l’hôpital le plus près de chez vous qui offre des services aux enfants.