Quelques exercices de lâcher prise

1. Repérer: une liste des vaines « attaches »
Prenez conscience que pouvez agir sur ce qui dépend de vous mais pas sur ce qui ne dépend pas de vous.

Votre collègue est trop lente ? Trop rapide ? Elle ne fait pas à votre manière comme vous ?

Vous ne changerez pas son comportement, mais le vôtre si. Alors recensez ce sur quoi il est inutile de s’acharner (ordres, gens, situations) et lâchez sur ces points. Sinon, vous serez vite dans le verdict, « elle est nulle ! ». Efforcez-vous aussi de desserrer l’étau de ce qui dépend de vous et vous mine (exigence, colère, jugement, nostalgie, croyances…).

2. Contrer: des métaphores antidotes à la peur.
La simple idée de lâcher prise vous panique ?

« Je vais couler dans la mer, je m’épuise à nager! », « Je tombe dans le vide, la falaise devant moi est à pic! ». C’est l’inconscient qui vous parle par le biais de ces noires représentations. Vous pensez que c’est perdu d’avance. Reprenez la main en les confrontant à des images positives, porteuses de force, d’ouverture, de réussite.

Exemples: « Au bord de la falaise, je garde pied et je bifurque à droite. » Ou « je monte dans une montgolfière et je surplombe le vide ». « Dans l’eau, je flotte. » « Je me mets dans un sous-marin, insubmersible ».

3. Stimuler: les auto-encouragements
« Je vais y arriver », « Je fais le pas suivant », « Ceci est une étape dans mon évolution »… Pour éviter d’exploser devant une contrariété ou un obstacle, ayez dans votre besace des phrases bienveillantes qui vous parlent. Placez-les sur l’écran de veille de votre ordinateur ou sur des post-ils affichés sous vos yeux. Regardez-les souvent pour vous en imprégner. Vous pouvez aussi les écrire ou les lire à haute voix à l’instant « t ». Vous serez plus relaxée.

4. Se distancier: la détente du corps
lI s’agit de se focaliser sur son physique afin de sortir du rythme infernal des pensées qui vous empoisonnent la vie.

L’exercice de respiration suivant, de 2 à 3 minutes, vous y aidera. Debout ou assis, comptez 36 respirations complètes. Un : j’expire, j’inspire. Deux : j’expire, j’inspire etc.

Avec à l’expiration l’intention d’évacuer ce qui n’est plus bon pour vous, et à l’inspiration l’idée d’accueillir l’harmonie, le renouveau. Le rythme oxygène le cerveau et détend les muscles.

Autre exercice : restez concentrée sur chaque partie de votre corps, l’une après l’autre.

5. Dédramatiser: la vision zen
Trouvez un symbole qui représente la paix, l’équilibre : soleil, prairie, forme douce, couleur… Dès qu’une situation vous crispe, isolez-la, visualisez-la puis pensez à votre symbole apaisant et maintenez-le 30 secondes. Retournez ensuite à la vision de la situation de départ, elle aura évolué dans un sens positif. Exemple : votre collègue si lente se remet en mouvement.

Recommencez 3 ou 4 fois le processus, l’image va peu à peu s’effacer. Quand le symbole sera ancré – après un entraînement – vous le convoquerez en situation.

6. Assouplir : les cartes postales imaginaires
Le lâcher-prise demande de la flexibilité mentale. Pour délier vos neurones, faites une fois encore appel à votre créativité. Les yeux fermés, laissez venir l’image d’une carte postale en la plaçant à 60 cm devant vous.

1/Inspirez en approchant par la pensée la carte devant vous.

2/Expirez en l’éloignant de vous; la carte va s’estomper et disparaitre.

3/ Inspirez en approchant à nouveau la carte, elle réapparaît, etc. A répéter durant 5 à 10 minutes.