Sophrologie

Sophrologie

Dites moi où vous avez bien !

En sophrologie, le but est d’apaiser les tensions…bien sûr.

Chez le sophrologue, l’objectif est de soulager la douleur…évidement.

Au cours d’une séance de sophrologie, la finalité est de ne plus avoir mal…c’est clair.

Moi ce qui m’intéresse, c’est là où vous avez bien.

La où j’ai bien? Ca sonne pas français votre histoire!
Pourtant c’est simplement l’inverse de : là où vous avez mal.

Au niveau des sensations corporelles pourtant, tout et son contraire existe : j’ai chaud/j’ai froid, je suis en forme/je suis fatigué, c’est dur/c’est mou,…Et cela ne peut être que du bon français de dire : « j’ai mal/j’ai bien ».

Nous avons tellement l’habitude de nommer, localiser, anticiper nos douleurs, nos tensions, que nous avons tendance à fonctionner en tout ou rien : « J’ai mal partout ou…rien ».

Attention, je ne propose pas un positivisme béat dépourvu de discernement. Pas de la magie non plus. L’idée est de donner plus d’importance au positif qu’au négatif. De diluer une douleur dans du bien être. De mettre les tensions en arrière plan ou de les pousser sur le côté.

En séance, je ne dis pas « N’ayez plus mal au ventre ! », je propose de désserer les noeuds dans le ventre…n’essayez pas de le défaire, car cela sera trop dur…simplement le déserrer ça suffira pour l’instant.
Visualisez l’ensemble du corps. Les volumes, les creux, les pleins, les arrondis, les angles…Puis localisez votre douleur, votre tension…Doit-elle prendre autant de place? Doit-elle prendre toute la place? Il faut (ré)apprendre au corps ce qu’est la norme et ce qui est l’exception. Avoir mal c’est l’exception. L’exception c’est d’être fatigué.

La sophrologie est une science. Elle permet de devenir un spécialiste de l’existence. Elle permet de se réapproprier son corps dans tout ce qu’il a de plus agréable, de source de plaisir. Le corps ne peut pas devenir que douleurs et tensions.

Alors oui, dites-le, même si ça ne sonne toujours pas français : « J’ai bien au ventre. J’ai bien au cou. J’ai bien au dos. »

Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, réfléchissez : que dites-vous quand vous vous sentez mal?… »Je suis pas bien »!